Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Influenza aviaire, les mesures de biosécurité indispensables et de rigueur

Influenza aviaire, les mesures de biosécurité indispensables et de rigueur

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le virus de l'influenza aviaire est toujours présent sur le territoire français et en Europe. Avec le risque d'un retour des migrateurs à l'automne, les éleveurs sont invités à appliquer strictement les mesures de biosécurité autour de leur élevage et sur les échanges, transport aliments et animaux, circulation des personnes,...

Influenza aviaire et mesures de biosécurité

Le plan national de lutte sanitaire comprend depuis le 1er juillet 2016, l’obligation pour chaque détenteur de volailles ou d'autres oiseaux captifs de mettre en place un plan de biosécurité pour l'ensemble de son exploitation.

Il est la première ligne de défense contre la circulation du virus. 

Le plan de biosécurité porte a minima sur les points définis en annexe de l'arrété. Les procédures décrites par le plan peuvent renvoyer aux éléments de chartes ou de cahiers des charges professionnels, basés sur des guides de bonnes pratiques d'hygiène validés.

 

CONTENU MINIMAL DU PLAN DE BIOSÉCURITÉ

Chaque détenteur est responsable de la mise en application du plan de biosécurité qu'il a défini et qui contient a minima les éléments ci-dessous :

1. Le plan de circulation incluant la délimitation de la zone publique et du site d'exploitation et des aires de stationnement et de lavage et les sens de circulation.

2. La liste tenue à jour des personnes indispensables au fonctionnement des unités de production ou de détention d'oiseaux sauvages captifs, en précisant leurs fonctions.

3. Le plan de gestion des flux dans l'espace et/ ou dans le temps (circuits entrants et sortants des animaux, du matériel, des intrants, des produits et des sous-produits animaux).

4. Le plan de nettoyages-désinfections et de vides sanitaires, par unité de production (comprenant les protocoles et les enregistrements).

5. Le plan de gestion des sous-produits animaux.

6. Le plan de lutte contre les nuisibles.

7. Le plan de protection vis-à-vis de l'avifaune sauvage.

8. Le plan de formation du détenteur et du personnel aux bonnes pratiques d'hygiène (attestations de suivi).

9. La traçabilité des interventions des équipes de personnels temporaires (nom et coordonnées de l'entreprise, date et objet de l'intervention ; bons de livraison et d'enlèvements).

10. La traçabilité des bandes par unité de production (déclarations de mise en place, enregistrements de l'origine et de la destination).

11. La traçabilité des autocontrôles (nature et fréquence) sur la mise en œuvre du plan de biosécurité.

12. Les risques liés à la détention de volailles non commerciales ou d'oiseaux sauvages captifs.

Contact : Cécilia Monthus Chambre d'agriculture  05 49 77 15 15