Vous êtes ici : Accueil > TECHNIQUES/INNOVATIONS > Productions animales > Bovins viande

Bovins viande

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

L'élevage bovins viandes en Deux-Sèvres

Avec près de 900 000 vaches nourrices en 2017, la Nouvelle-Aquitaine détient le cheptel le plus important de France. Elle comprend 3 bassins de production dont le plus important est celui du Limousin, puis de l’Ouest.
Le département des Deux-Sèvres compte, en 2017, 102 679 vaches nourrices. Elle se place derrière la Creuse (176 696 vaches), puis la Haute-Vienne (137 316 vaches), et la Corrèze (132 346 vaches).
Ce sont 1 507 exploitations (ayant plus de 15 vaches) sur le territoire parmi lesquelles 174 produisent du Label Rouge, 622 sont sous certificat de conformité et 125 sont certifiées AB.

 

Augmenter le pâturage : un levier pour améliorer le revenu des éleveurs bovins viande

Dans le contexte pédoclimatique, environnemental et socio-économique des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres, les éleveurs s’interrogent sur la conduite du troupeau en lien avec le système fourrager : part du maïs ensilage, de l’herbe plus ou moins pâturée et des légumineuses. Cela influence fortement les pratiques et la rentabilité de l’exploitation.

Renouvellement élevé et génisses lourdesaméliorent le revenu dans le fonctionnement du cheptel, beaucoup d'éleveurs se posent la question du taux de renouvellement et de la valorisation des génisses restantes.
Cette étude montre que la rentabilité se dégrade selon 2 axes:
- la diminution du taux de renouvellement,
- la baisse de l'âge à la vente des génisses.

Contact

Pascal BISSON - Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres - 05 49 77 15 15



 

 

Les résultats de reproduction en baisse dans les élevages deux-sèvriens

Synthèse des tableaux de bord des troupeaux vaches allaitantes de la campagne 2018

Les résultats des élevages deux-sèvriens de plus de 15 vaches allaitantes se caractérisent par une baisse du nombre de naissance
de 3.2 % expliquée pour les 2/3 par une diminution du nombre de vaches et
pour 1/3 par un allongement de l’IVV de 6 à 10 jours selon les races.