Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > La publication en détail > Référentiel de conception et de prix de bâtiments caprins Charente-Maritime et Deux-Sèvres - mise à jour décembre 2020

Référentiel de conception et de prix de bâtiments caprins Charente-Maritime et Deux-Sèvres - mise à jour décembre 2020

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

De la Chèvrerie 200 places avec un couloir d'affouragement à la chèvrerie 1000 places avec tapis, en passant par les blocs traite, la fromagerie, le stockage ou la gestion des effluents et les économies d'énergie, ce document de 40 pages balaie tous les plans et coûts observés dans les élevages caprins de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

La chèvrerie et le bloc traite sont des éléments déterminants pour la productivité et la performance des élevages caprins.
Les bonnes conditions de logement des animaux et de travail des éleveurs sont nécessaires à cette réussite.
Le montant de l’investissement bâtiment impacte l’équilibre économique des élevages.
L’ambition de ce référentiel est de permettre aux porteurs de projets caprins d’accéder à des éléments globaux de conception et de coûts pour élaborer leur projet.
Ce référentiel dresse un catalogue des différentes solutions les plus courantes en matière de logement des animaux, de salles de traite, de fromageries, de stockage et distribution des aliments, de gestion des effluents et d’économie d’énergie.
Il contribuera à apporter une aide à la décision aux différents acteurs de la filière caprine et permettra de préciser plus facilement l’incidence économique des investissements en fonction des solutions envisagées.
Il ne remplace pas une réflexion globale, ni un accompagnement par un conseiller spécialisé bâtiment et/ou caprin pour personnaliser le projet pour lequel des éléments complémentaires de coût, de conception et d’équipements seront nécessaires pour le finaliser.
Les coûts :
• Ils correspondent à des travaux réalisés exclusivement par des entreprises.
• Ils ont été réactualisés au fil des années sur la base de l’indice de construction des coûts des bâtiments.
L’autoconstruction :
Elle permet dans certains cas de réduire jusqu’à 30% le prix de revient, principalement sur les postes maçonnerie et bardage.
Attention à ne pas surestimer ses compétences ni sous-estimer le temps à y passer.